5 mars 2014



Le jean Selvedge, que l'on pourrait traduire par "denim à lisière", a comme particularité des coutures extérieures naturelles et nettes qui ne s’effilochent et ne se défont pas. Le mot « lisière » fait ici référence au « liseré », c’est-à-dire au bord naturel d'un rouleau de tissu.
Cela implique une fabrication utilisant des métiers à tisser traditionnels à navettes qui tissent un fil continu (la trame) passé de long en large sur toute la longueur du rouleau. La trame fait alors une boucle de retour sur le bord naturel de la toile, et crée ainsi le liseré. Localisé le long de la couture extérieure des pantalons, celui-ci est visible lorsque l’on fait un ourlet.


Métier à tisser à Navette en marche

C'est avec ce type de machines que nos denims "Naked&Famous" sont fabriqués au Japon.


En réponse à la demande croissante de jeans dans les années 50, les fabricants américains ont remplacé les vieux métiers à tisser à navettes par des métiers à tisser à projectiles modernes. Ces nouvelles machines ont permis de produire le tissu plus rapidement dans des largeurs nettement plus grandes, rendant ainsi possible l'essor considérable du jean dans le monde.

Cependant les gains de productivité entrainant comme souvent des pertes de qualité, on observe depuis quelques années un retour aux sources dans la fabrication du denim. C'est avec des puristes comme "Studio D’Artisan" où "Momotarō" que le Selvedge retrouve depuis peu toutes ses lettres de noblesse. Fabriqué principalement au Japon, il est aujourd'hui couramment rebaptisé "toile japonaise", néanmoins les machines utilisées et les méthodes employées pour sa fabrication restent les mêmes qu'autrefois.


Fabriquer un Selvedge nécessite près de 2.80 m de tissu, ainsi pour maximiser le rendement les fabricants utilisent le tissu jusqu'à ses extrémités. Le bord de la lisière est cousue  avec du fil coloré ( généralement  rouge), pour permettre au tisserand de distinguer les tissus rassemblés.

De nos jours  la plupart des jeans sont  teints avec de l’indigo synthétique, néanmoins certains fabricants utilisent encore de l'indigo naturel. Les machines à teindre passent les fils de coton dans des cuves de teinture. A sa sortie, un temps de pause permet à la teinture de s'oxyder et de se fixer sur le tissu avant un prochain bain. Plus le tissu passe en machine, plus le bleu indigo est sombre et profond.

Le Selvedge est donc la toile de jean la plus coûteuse à produire, mais sa qualité est incomparable à celle d'une toile produite de façon industrielle. La marque "Momotarō" propose même d'acheter à prix d'or un jean réalisé sur place avec un métier à tisser entièrement manuel comme le montre la vidéo ci-dessous:



Pour mieux comprendre l'histoire du denim et ses évolutions nous vous recommandons vivement de visionner le documentaire "Jeans, une planète en bleu".  

Pour en savoir plus sur les détails qui font la différence entre un selvedge et une toile standard vous pouvez aussi consulter l'ensemble des articles du site rédigés sur Momotaro et Naked&Famous.


blogger