17 nov. 2015

Momotaro Jeans





Momotaro (le garçon de la pêche) est un héros du folklore japonais dont la légende est transmise oralement de générations en générations. Il est associé à la ville d'Okayama, où l'histoire aurait été inventée.

Okayama (岡山市) est une ville japonaise, capitale de la préfecture du même nom et située en bordure de la mer intérieure de Seto. Devenue en quelques années la capitale mondiale du selvedge, la région d'Okayama compte plus d'une centaine de filatures, plus particulièrement dans les villes de Kojima, Kurashiki et Okinawa. La région a donc tout naturellement donné naissance à des marques comme Studio D'artisan, Iron Heart ou Momotaro,  devenues des références mondiales dans le monde du denim.


L'excellent reportage "Jeans, une planète en bleu" (ci-dessous) consacre une partie importante de son enquête aux toiles japonaises (à partir de la 17ème minute).

Mr Manabe, le fondateur de Japan Blue Co Ltd et de la marque Momotaro, y est interviewé (17ème et 43ème minute) et fait également la démonstration d'un savoir-faire d'exception.






       Momotaro Jeans Store, Kojima
Fondée en 2006, Momotaro Jeans s'inscrit dans la pure tradition des jeaners d'après guerre. La marque est aujourd'hui reconnue comme une référence par les puristes.
La production est basée à Kojima (région d'Okayama), une petite ville côtière de 15000 habitants qui vit à un rythme tranquille.

La vidéo ci-dessous montre les ateliers de tissage (avec les métiers à tisser à navette en action) et de couture dans lesquels sont fabriqués les jeans Momotaro et JapanBlue.
video

Momotaro est une branche du groupe Japan Blue Co Ltd  qui regroupe Collect Ltd (fondé en 1992), Rampuya&Co (1996) et Momotaro. Comptant parmi les premières manufactures à relancer la production de selvedge, la compagnie a tout d'abord commencé à se développer en vendant ses toiles à des marques de luxe comme Louis Vuitton ou Gucci avant de décider, à partir de 2006, de créer ses propres marques Momotaro et Japan Blue.

C'est en 2010 que la ligne Japan Blue est née pour élargir l'offre proposée par Momotaro. L'idée est de pouvoir innover en développant de nouvelles toiles pour Japan Blue et de laisser la fabrication la plus puriste et traditionnelle pour Momotaro. Aujourd'hui, ces deux labels maîtrisent toute la chaine de fabrication du début à la fin, permettant un contrôle rigoureux sur la qualité et un suivi étape par étape jusqu'au produit fini.

Contrairement à ce qu'on entend souvent, les jeans Momotaro et Japan Blue sont fabriqués sur des métiers à tisser japonais Toyoda et non des machines importées des États-Unis.

En effet c'est à la fin du XIXe siècle que Sakichi Toyoda invente le premier métier à tisser mécanique du Japon, une invention qui va révolutionner l'industrie textile de l'archipel. En janvier 1918, Sakichi fonde la Toyoda Spinning & Weaving Company et, avec l'aide de son fils Kiichiro, il réalise le rêve de sa vie en construisant en 1924 le premier métier à tisser automatisé du pays. Deux ans plus tard il fonde l'usine Toyoda Automatic Loom Works. C'est d'ailleurs grâce aux 100 000 livres Sterling obtenues par la vente du brevet de son métier à tisser automatisé que Kiichiro fonde en 1937 la Toyota Motor Corporation.

Dans les années 50 la demande croissante de jeans pousse les fabricants a remplacer les vieux métiers à tisser à navettes par des métiers à tisser à projectiles modernes. Ces nouvelles machines ont permis de produire le tissu plus rapidement dans des largeurs nettement plus grandes, rendant ainsi possible l'essor considérable du jean dans le monde.
Ce qui était un produit grand publique est donc devenu une production quasiment inexistant aujourd'hui.
C'est grâce à des puristes comme Studio D’ArtisanMomotaro que le selvedge retrouve peu à peu toutes ses lettres de noblesse. Fabriqué principalement au Japon, il est aujourd'hui couramment rebaptisé "toile japonaise", néanmoins les machines utilisées et les méthodes employées pour sa fabrication restent les mêmes qu'autrefois.

Originellement, la toile de jean est teinte avec de l'indigo naturel, un pigment bleu issu de la fermentation des feuilles de l’indigotier, connu des Égyptiens et des Chinois depuis des millénaires. Cette teinture a la particularité de se délaver aisément sur le coton. 

La technique employée pour teindre les jeans Japan Blue et Momotaro ( les Naked&Famous  également) est appelé "rope dyeing" ( teinture au boyaux ). Reconnue comme la meilleure méthode de teinture pour le denim, les fils sont initialement tordus comme une corde ("rope") pour être ensuite plongés dans de l'indigo naturel en alternant successivement bains et oxydation, plus on répète ces opérations plus forte est la nuance d'indigo. Comme l'immersion du coton dans l'indigo ne dure que peu de temps, les différentes couches d'indigo se superposent, mais le cœur de la fibre reste blanc. Cela permet d'avoir un jean qui délavera mieux et plus rapidement qu'un jean dont le fil de chaine aurait été teint plus en profondeur.


LIGNE GOLD


Pour la ligne Gold les teintures sont entièrement faites à la main. C'est un travail long et fastidieux, réalisé dans des cuves de manière complétement artisanale.

La vidéo ci dessous, bien que de très mauvaise qualité, montre bien les procédés utilisés dans la teinturerie de Rampuya pour le label Gold:
video
Quant au tissage de la toile, il est réalisé directement dans la boutique sur un métier à tisser à bras avec lance navette. Cette machine rarissime produisait initialement la soie destinée aux kimonos.
Il faut près de huit heures de travail pour produire un mètre de toile ce qui implique trois jours de travail pour un seul jean. En additionnant toutes les étapes de fabrication (teinture, tissage et couture), confectionner un jean Momotaro Gold label demande au moins trois mois de travail pour arriver au résultat final, pas étonnant qu'il y ait une liste d'attente d'au moins deux ans pour pouvoir acquérir l'un de ces jeans (plus de 1500€ tout de même !).





Les jeans Japan Blue et Momotaro sont fabriqués avec du coton en provenance du Zimbabwe, c'est un coton de qualité supérieure car il est récolté à la main. Il est plus propre qu'un coton récolté en machine et subit donc moins d'opérations de nettoyage ce qui préserve ses qualités intrinsèques.

Côté finitions Momotaro utilise des rivets en cuivre pour renforcer les points de tensions, détail essentiel pour les puristes !

Comme tous les jeans haut de gamme les coutures sont réalisées en point de chainette, mais la marque se sert de machines à coudre vintage telles que les Union Special.


Sur cette photo on peut voir à gauche la couture d'un jean Momotaro avec celle (à droite) d'un Naked&Famous.


Pour finir tous les jeans Momotaro ont comme signe distinctif un liseré rose, et non rouge comme sur la plupart des jeans selvedge, il en est de même pour la couture intérieure des jambes.





Voici quelques photos des deux derniers modèles que nous avons reçus récemment en boutique.

 DOUBLE FACE INDIGO DENIM

- Toile selvedge sanforisée, 13 onces
- 100% Coton Zimbabwe
- Deep Blue Pure Indigo x Cobalt blue Indigo
- Teinture Indigo naturel "rope dye"
- Surpiqûre Entrejambe Rose
- Poches intérieures en toile de coton brodées
- Finitions et Ourlets en point de chaînette
- Fabriqué au Japon




    
     Les rivets en cuivre
     Les fameuses coutures rose !



  
   ZIMBABWE COTTON DENIM COPPER LABEL  

 - Toile selvedge sanforisée, 14.7 onces
 - 100% Coton Zimbabwe
 - Deep Blue Pure Indigo
 - Teinture Indigo naturel "rope dye"
 - Surpiqûre Entrejambe Rose
 - Poches intérieures en flannelle / teinture indigo
 - Finitions et Ourlets en point de chaînette
 - Rivets en cuivre
 - Fabriqué au Japon










blogger